Vignerons et Maisons de champagne, quelles différences ?

Vignerons et Maisons de champagne, quelles différences ?

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Lorsque l’on parle de champagne, on pense souvent à de grandes marques telles que Pommery, Taittinger ou Veuve Clicquot. Mais vous êtes-vous déjà demandé quelles étaient les différences entre Maisons de champagne dites « les négociants » et vignerons de champagne dits « le vignoble » ?

Pour percer le mystère existant quant à la différence entre Maisons et Vignerons il est nécessaire de partir à la découverte de l’Histoire et l’organisation de cette prestigieuse appellation. Des débuts de sa production au XVIIème siècle à l’établissement de son aire d’appellation au début du XXème siècle couvrant les départements de la Marne et l’Aube mais aussi une partie de l’Aisne, la Haute-Marne et la Seine et Marne l’histoire des différents producteurs de champagne s’est fait par étapes.

Présentation du contexte

Une histoire ancienne

L’Histoire des vins de champagne peut être rattachée aux premières traces écrites de l’existence de la vigne à l’état sauvage dès le IIIème siècle. La plus vieille maison de champagne,  la maison Ruinart, date elle de 1729. La plus vieille maison de vin de la Champagne, la maison Gosset, a elle été instaurée en 1584 et produisait du vin champenois avant l’arrivée du tel qu’on le connait à présent.

Bien avant le modèle économique et commercial actuel du monde du champagne, la production de champagne était régie par les abbayes de la région, notamment l’abbaye Saint-Pierre de Hautvillers. Les ventes de champagne se faisaient au sein des monastères. L’argent récolté lors de ces ventes a permis au clergé de financer bon nombre de projets dans la région

notamment des écoles mais aussi des hôpitaux. Les maisons se sont rassemblées au fil des années. En 1882, elles vont créer le Syndicat du commerce des vins de Champagne, ce syndicat est l’ancêtre de l’UMC. Il comptait 20 membres à sa création et en compte aujourd’hui plus de 76.

 Crédit photo : Champagne Ruinart

L’organisation de la production 

Les négociants manipulant (maisons) achètent la majorité de leurs raisins aux viticulteurs afin de produire leurs champagnes, leur valeur ajoutée s’axera alors sur la vinification et la commercialisation du champagne. Les maisons ne possèdent qu’une petite partie du vignoble cependant elles réalisent plus de deux tiers des ventes de bouteilles de champagne ainsi que 90% des exportations. Elles vont commercialiser sous leurs marques les différentes cuvées qu’elles produisent.

Les négociants manipulant seront représentés par l’UMC (Union des Maisons de Champagne). L’achat de raisins des maisons se fait au travers de contrats parcellaires valables plusieurs années en partenariat avec des vignerons et/ou des viticulteurs. C’est pour cette raison que les maisons sont aussi appelées maisons de négoce ou négociants manipulant. Elles peuvent également acheter des moûts, c’est-à-dire des jus de raisin. Lors de l’assemblage de leurs champagnes, les maisons pourront alors décider de compléter leurs différents vins clairs grâce à leurs achats extérieurs.

 Crédit photo : UMC

Les viticulteurs et les vignerons produisant moins de bouteilles vont se concentrer majoritairement sur leurs vignes. « Le vignoble », tels qu’ils sont appelés, possèdent plus de 90% des vignes de Champagne. Ils produisent alors logiquement la large majorité des raisins de l’appellation. Ils seront représentés par le SGV (Syndicat Général des Vignerons) de la Champagne. Les vignerons vont produire leurs cuvées et les vendre directement. Les coopératives vont quant à elles, réunir et accompagner les viticulteurs en leur proposant une mise à disposition d’outils nécessaires à la conception du champagne ou en achetant leur raisin afin de produire leur vin et de le commercialiser sous la marque de la coopérative.

Crédit photo : SGV

L’organisation de la représentation

L’ensemble de ces acteurs sont réunis au sein du comité champagne (CIVC) créé en 1941. Il a pour mission d’assurer la sauvegarde de l’appellation Champagne mais il permet aussi de créer des liens de confiance et de partenariat entre les vignerons et les négociants. Le CIVC a aussi pour missions la valorisation des techniques et du terroir champenois. Il permet chaque année près de 200 expérimentations, le partage de l’informations sur le champagne mais aussi la promotion mondiale notamment au travers de son site internet mais aussi des revues de presse etc. Le CIVC va également fixer des quotas de production aux vignerons, viticulteurs mais aussi aux négociants afin de limiter la production et de préserver la valeur du champagne.

Crédit photo : CIVC

Les entreprises viticoles

Les entreprises viticoles sont différenciées en 3 grands types d’acteurs : les viticulteurs, les vignerons et les coopératives. A noter que l’on dénombre par moins de 16100 vignerons et viticulteurs contre 360 maisons de champagne.

Les viticulteurs vont travailler leur vignoble en fonction du cycle végétatif de la vigne afin de garantir une qualité de raisin optimum. Cependant, ils ne vont pas vinifier, la plupart des viticulteurs sont propriétaires de leurs vignes. Ils devront porter une attention toute particulière aux réglementations dictées par l’état mais aussi celles imposées pour obtenir les appellations d’origines protégées. Leurs productions vont être en totalité revendues à des négociants ou mises en coopératives.

Crédit photo : OenoSpheres

Les vignerons vont travailler leurs vignes tout au long de l’année, tout comme les viticulteurs afin de s’assurer de la qualité des raisins à la différence qu’ils s’occuperont eux même de la vinification. La plupart du temps ils possèdent leur propre matériel. Les vignerons s’occupent de la vente de leurs vins sous leur propre marque. Ils doivent donc occuper plusieurs missions allant de la production du raisin à sa vinification jusqu’à la commercialisation des vins. On peut citer plusieurs grandes marques produites par des vignerons comme le Champagne Bonnet-Ponson (Marne) ou encore le Champagne Serge Mathieu (Aube). Les vignerons et les viticulteurs sont au nombre de 16100 contre 360 maisons de champagne. 

Crédit photo : champagne Bonnet Ponson

Les coopératives sont des structures réunissant des viticulteurs et/ou des vignerons (plus rare) ayant pour projet de mettre en commun leurs efforts afin de produire des cuvées communes ou d’en retirer leurs propres cuvées. Les vignerons et les viticulteurs adhérents à des coopératives sont des « et en possèdent des parts et en font donc partie intégrante.  

Elles ont plusieurs missions à assurer. Tout d’abord, la maitrise de la matière première. Elles doivent également assurer l’élaboration ainsi que la commercialisation du champagne. Pour ce faire, elles mettent à disposition des prestations aux vignerons, cela va du pressurage jusqu’au dégorgement. Les installations ainsi que les outils mis à disposition sont des outils de qualité, respectueux de l’environnement. Les coopératives vont également aider les vignerons à commercialiser leur champagne mais elles vont également favoriser les assemblages. Elles ont cependant, elles aussi, leurs marques à développer, elles vont donc acquérir le raisin à leurs viticulteurs ou vignerons, produire du champagne et le commercialiser sous leurs marques. On compte aujourd’hui plus de 40 coopératives commercialisant leurs champagnes. Les marques des coopératives sont de plus en plus reconnues, on peut notamment citer le Champagne Devaux (Aube) ou encore le Champagne Collet (Marne).

Le statut de Négociant-Manipulant

Le statut de maison est une évolution du statut de vigneron permettant l’achat de raisins en dehors de sa production. Les maisons de champagne ont un statut commun : « industriel et commercial » au niveau juridique, Négociant manipulant sera leur nom officiel. Pour obtenir leur statut, les maisons vont devoir répondre à plusieurs critères. Elles sont dans l’obligation de posséder une capacité de cuverie suffisante à la production de champagne. Cette capacité doit être en accord avec leurs achats mais aussi un espace de stockage pour les raisins et moûts achetés. Malgré qu’elles aient le même statut, on retrouve plusieurs catégories de maisons de champagne.

Prenons par exemple, les maisons familiales comme la maison Drappier (Aube) ainsi que la maison Lombard (Marne). Leur modèle est une évolution du statut de vigneron familial à la différence qu’elles vendent plus de bouteilles qu’elles ne pourraient en produire avec leurs approvisionnements en propre. C’est pour cela qu’elles achètent des raisins ailleurs. En général pour ces maisons, la direction de la maison se transmet d’une génération à l’autre au sein d’une famille.

 

Crédit photo : champagne Drappier

On peut trouver aussi des maisons indépendantes, celles-ci sont propriétés d’acteurs extérieurs à la famille d’origine. Elles vont produire en grande partie le raisin nécessaire à la production de leurs champagnes, elles compléteront alors leur production avec les récoltes de vignerons indépendants grâce à des contrats préalablement instaurés. On peut notamment citer la maison Billecart-Salmon (Marne) mais aussi la maison Bollinger (Marne).

Crédit photo : champagne Bollinger

Il existe aussi de grands groupes de maisons, dont 5 côtés en bourse, qui sont : LVMH, Vranken-Pommery Monopole, Lanson BCC, Laurent-Perrier, Pernot-Ricard.  On peut également parler de grandes maisons suivant les volumes de champagne vendus. Ces marques seront pour certaines vendues en grandes surfaces ou à l’export. On peut citer de grands noms comme Moët et Chandon, Veuve Clicquot, Mumm ou encore Laurent-Perrier. Ces grandes maisons sont toutes propriétaires d’une maison de champagne ou plus. Elles produisent du champagne en grande quantité et vont en exporter une grande partie. Ce sont de très grandes entreprises possédant chacune un capital économique important. On peut noter que certaines maisons de champagne ont des noms à consonnance germanique, ceci s’expliquant par l’arrivée d’allemands en Champagne en 1870 pendant la guerre Franco-prussienne.

Crédit photo : champagne Pommery

Au cours de cet article ont été abordés les différents types d’acteurs produisant des vins de champagne, notamment les statuts de Maisons et Vignerons. Parmi ceux-ci, on a pu voir plusieurs grandes marques de champagne, il en existe au a récemment créé sa propre maison de champagne afin de commercialiser son propre champagne sous la marque « Fleur de Miraval ». On peut également évoquer le récent achat par Moët-Hennessy de la marque Armand de Brignac à hauteur de 50%, propriété du rappeur Jay-Z et produit par la famille Cattier, d’origine vigneronne. 

Cet article vous a donné envie de vivre une expérience sur-mesure en Champagne ?

Profitez d’un séjour avec navette privée et guide privé  : oenospheres.com

Vivez une expérience personnalisée en toute liberté : mywinebreak.com

Consultez nos autres articles !